Rencontre avec matali crasset

mardi, juin 3, 2014 0

Il y a quelques semaines, je me suis rendue sur le salon Architect@work à Luxembourg ou matali crasset donnait une conférence. J’ai eu la chance de pouvoir échanger avec elle et de me voir proposer une entrevue dans son studio parisien, à Belleville…

Il faut savoir que matali crasset travaille chez elle. C’est donc accompagnée de Mr J que je suis allée à l’adresse indiquée pour rencontrer matali ainsi que son équipe, composée de Francis, Marco et Alice.

Une équipe assez restreinte, donc, mais qui gère de grands projets !

J’avais évidemment quelques questions à poser à cette grande dame du design, tout en essayant de ne pas traiter les sujets habituels… (Enfin presque, je suis quand même tombée dans le panneau des questions basiques !!) (Dès la première en plus !)

Nous voilà donc installés dans la cuisine de matali crasset, autour d’une table (dont j’apprendrai un peu plus tard qu’il s’agit de l’un de ses prototypes)

Petite interview « Mots clés »…

Projets actuels ?

Nous travaillons en ce moment sur un projet au Sénégal : Hotaï, un petit village ou l’on va pouvoir venir se poser en tant que voyageur responsable, pour aider à la préservation du lieu et qui aura également la capacité d’accueillir des ONG. C’est un peu la même logique que pour le Dar Hi à Nefta en Tunisie à la différence que ce lieu ci est déjà un lieu préservé.

Là encore il y a une forte implication des villageois qui ont vraiment souhaité ce projet.

La dimension humaine de tels projets est quelque chose d’important pour moi.

Beaucoup de projets ?

Environ une dizaine simultanément… Mais comme ils sont tous de tailles différentes, cela nous permet de rythmer le travail, de revenir sur certains projets avec d’autres idées… Tout est connecté, il y a des effets miroirs entre les projets et cela permet de réfléchir et de synthétiser rapidement. Plus on en fait, plus on a envie d’en faire !

IKEA PS?

Ca a été long à mettre en place mais finalement pas très différent dans la démarche. Les produits reflètent bien l’univers IKEA et mon univers. Je n’ai pas eu l’impression de travailler avec une entreprise énorme. Le projet a été bien accompagné. J’avais une porteuse de projet qui l’a bien défendu en interne : nous ne sommes pas dans l’entreprise et donc les décisions se prennent sans nous…

Idole ?

J’admire beaucoup Oscar Niemeyer , c’est mon architecte préféré et ce, pour plusieurs raisons : il n’y a pas de différence entre son travail et l’homme.il y a une espèce de fusion entre ses intentions et ce qu’il est. Il a rencontré des gens prêts à le suivre, qui lui ont confié des projets importants et ce qui me plaît, c’est que son langage architectural est accessible à tous.

Travail et Famille ?

On ne travaille pas le week-end. Mon équipe ne travaille pas le week-end. A 19h, tout s’arrête, ce lieu redevient un espace privé. Plus de « charrettes » ! C’est une question d’organisation. C’est une hygiène de vie… C’est aussi grâce à Francis qui fait toujours en sorte de bien organiser les choses. On fait beaucoup de choses, on travaille sur des projets de tailles très diverses dans différents secteurs mais on a arrêté de travailler de cette façon… C’est une habitude que l’on prend souvent à l’école que de travailler tard le soir et dans l’urgence. Ou peut-être qu’en vieillissant, on a un meilleur contrôle du temps dont on a besoin pour effectuer telle ou telle tâche : On se rend compte que l’on peut vivre sans ce stress et surtout sans l’imposer à l’équipe. Même si quelques fois, ça peut être plus « speed »…

Moi je peux travailler tard ou le week-end parce que j’aime ça mais je ne le demande pas à mon équipe.

Déconnexion?

Je n’ai pas besoin de déconnecter. Je voyage beaucoup et je suis plutôt trop déconnectée !

Page blanche?

Non cela n’arrive jamais… Parce que l’on a déjà fait plein de projets, on a une approche spécifique. Quelques fois on trouve l’idée principale très rapidement et dans certains cas on va avoir peut-être plus d’hésitation mais ce n’est pas une page blanche. Il arrive aussi de se dire que l’on peut aller encore plus loin.

Meuble préféré?

Je serai bien incapable de répondre, je ne suis pas très fétichiste ! Celui que je déteste le plus peut-être ?

Allez y !

Le canapé… Ca prend énormément de place chez les gens, ce n’est plus fait pour la convivialité mais pour regarder la télévision ! Souvent les gens disent ; je n’ai plus de place, j’ai un gros canapé !

Au début, je refusais d’en dessiner puis j’en ai fait pour Dunlopillo ou celui-ci qui a été imaginé pour Campeggi, mais j’essaye toujours d’en casser les codes.

Couleur ? (je reste dans les questions bêtes, ça se confirme finalement…)

Orange, vert… Le jaune, c’est l’énergie ! Une couleur vivante, pas de pastel…

Changements déco?

La décoration de ma maison change un peu oui, peut-être pas assez selon mon goût !!! Les murs sont blancs mais il y a beaucoup de touches colorées partout : les meubles, les livres, les objets déco…

Prototypes?

Il n’y a pas beaucoup de mes prototypes chez moi… Ce canapé en était un mais il a été distribué, cette table en est un…

Objet fétiche ?

Je ne suis pas accro aux objets !!! On peut aimer un objet parce qu’il est beau mais je ne comprends pas qu’on puisse idolâtrer un objet ! On doit utiliser un objet, il est fait pour… pas le laisser en expo 🙂

(Elle a du me prendre pour une folle, donc, avec ma passion pour les chaises Eames sur lesquelles je n’oserai pas m’asseoir si j’en possédais!!)

Une interview dans la bonne humeur, donc ! J’ai été ravie de pouvoir rencontrer matali et son équipe et d’avoir un aperçu de leur lieu de travail et surtout de leur façon de fonctionner : je crois que c’est ce qui m’intriguait le plus…

Je vous laisse avec quelques uns des nombreux projets réalisés par matali et son équipe…

canape matali crasset pour campeggi lampe matali crasset matali crasset productions table matali crasset

0 Commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *